Navigation

Accueil > Europe > Ecosse > Phare de l’Île de May

Phare de l’Île de May

mercredi 31 mai 2017, par patrick


Phare de l’Île de May - Écosse




































Description


Vue du phare et bâtiment




Le phare de l’île de May (Isle of May high) se situe sur l’île du même nom (Isle of May), dans le Sud-Est de l’Écosse. Il a été construit sur le point le plus haut de l’île à 50 m de hauteur (plan focal à 73 m) par Robert Stevenson. L’île se trouve à l’embouchure du Firth of Forth, à 5 milles des terres de la région de Fife et à 11 milles de la région de East Lothian. Le littoral de l’île est rocheux. Sa surface couvre 56 hectares sur des pentes à partir de falaises verticales de 150 pieds du côté ouest et du niveau de la mer à l’Est. Il est accessible uniquement par bateau. Des visites sont disponibles à partir du port d’Anstruther. Le site est ouvert au public mais la visite de la tour est interdite.







Il existe un autre phare sur l’île de May (Isle of May low), mais celui-ci (l’ancien phare) est aujourd’hui utilisé comme observatoire aux oiseaux.

II est inactif depuis 1816. C’est une tour de pierre de 12 mètres de hauteur (40 pieds), peinte en blanc. Des feux de charbon ont été exposés à partir de cette tour, généralement reconnue comme le plus ancien phare d’Ecosse. Il y a eu un désastre ici en 1791, lorsque le gardien, sa femme et cinq de leurs six enfants sont tous morts d’intoxication au monoxyde de carbone pendant le sommeil dans le bâtiment. Situé près du phare actuel. Le site est ouvert, mais la tour est fermée sauf lors d’événements spéciaux.
Notes :
L’île de May est une réserve naturelle avec plus de 200 espèces différentes d’oiseaux.
La maison du gardien est maintenant la résidence du gardien de l’île.




Histoire


C’est sur l’île de May qu’a été établi, en 1636, le premier feu écossais alimenté au charbon. La tour d’origine existe toujours (tour carrée proche du phare actuel). Ce phare est inscrit sur la liste des monuments de valeur architecturale et historique. Le phare de l’île de May a été automatisé en 1989 et il est maintenant surveillé a distance depuis le siège du Northern Lighthouse Board à Edimbourg.

Son histoire remonte aux coutumes, de fonder des colonies monastiques sur les petites îles quand St Adrian, au IXe siècle, et ses frères les moines ont établi leur retraite sur l’île de May. La chapelle que l’on trouve aujourd’hui sur May est dédiée à Saint Adrian, tué sur l’île par des envahisseurs danois en l’an 875.
Plus tard, au XIIe siècle, le roi David I a fondé un monastère sur l’île qu’il a accordé à l’abbaye bénédictine de Reading à Berkshire. Mais à la seule condition que neuf prêtres y soient placés pour célébrer le service divin pour les âmes du fondateur, de ses prédécesseurs, des successeurs, et des Rois d’Écosse.
Les moines bénédictins continuèrent une occupation pacifique jusqu’au XVe siècle, lorsque le monastère fut acheté par l’évêque de Saint Andrews.
Aujourd’hui, la seule preuve restante du passé religieux de l’île est le reste fragmenté de la chapelle construite au XIIe siècle et dédiée à St Adrian.

L’île est peut-être mieux connue parmi les naturalistes pour son observatoire d’oiseaux qui a été lancé en 1934 sous les auspices de la British Trust for Ornithology, nouvellement formée. C’était sur la même ligne que le célèbre Observatoire allemand à Heligoland et était le premier en Écosse et seulement le deuxième dans les îles britanniques, l’autre étant sur l’île Skokholm au large du Pays de Galles du Sud. Les études sur la migration des oiseaux, les populations variées d’élevage d’oiseaux de mer, la race de l’île et les communautés de plantes de l’île sont autant d’attractions supplémentaires pour les visiteurs, en plus de la géologie, de l’histoire et des phares.
Extrait de l’article sur wikipedia [1]


Description technique


Tour gothique carrée en grès de 24 mètres de hauteur (79 ft) avec lanterne et galerie, montée sur un bâtiment de gardiens de 2 étages en pierre. Le bâtiment bas est en brique ordinaire, avec des angles en pierres de taille et les encorbellements et parapets sont en grès. La station a été établie en 1635. Le plan focal se situe à 73 mètres (240 ft) avec un signal de deux flashs blancs toutes les 15 secondes.

Infos


Nom et localisation Position Caractéristiques Hauteur focale Portée Structure Remarques
ARLHS SCO-286
Isle of May (high) 56° 11.1´ N
2° 33.5´ O
2 éclats blanc toutes les 15s 240 ft
73 m
22M Tour carrée avec habitation en pierres 24 m 1er feu écossais au charbon
ARLHS SCO-109
Isle of May (Low) 56° 11.16´ N
2° 33.27´ O
Éteint 40 ft
12 m
Feu éteint Tour conique blanche Observatoire d’oiseaux

Caractéristiques

Pays Écosse
Région Fife - East Lothian
Localisation Île de May - Mer du Nord
Latitude 56° 11.1´ Nord
Longitude 2° 33.5´ Ouest
Année de construction 1816
Matériau de construction Pierre - Brique - Grès
Constructeur Robert Stevenson
Hauteur 24 m (79 ft)
Élévation 73 m (240 ft)
Portée 40 km (22 M)
Feux 2 éclats blancs toutes les 15 s
Aide sonore Déconnecté en 1986
Visites Accès uniquement
Gardienné Non
Automatisé Oui
Type Phare insulaire
Accessibilité Moyen - Par bateau
Forme Tour gothique carrée
Responsable du site Scottish Natural Heritage
Statut Actif
Codes ARLHS SCO-286 ; Amirauté A3090 ; NGA 2600
Lien internet https://en.wikipedia.org/wiki/Isle_of_May

 

Localisation




Carte

 


Vidéos

Phare de l’Ile de May

Ile de May (phares et réserve)


 

Haut de page




Portfolio


[1Une balise à charbon fut installée en 1635 (ou en 1636) par James Maxwell d’Innerwick, John et Alexander Cunningham. On payait à l’époque deux shillings écossais par tonne de charbon arrivant par bateau d’Écosse (équivalent à deux pence sterling) et le double si le bateau venait de plus loin. Ce montant fut réduit à un shilling et six pence (et à trois shillings pour les bateaux venant de plus loin) en 1639 lorsque les bateaux furent exemptés de taxes lors de la saison estivale.
La balise, la première établie de façon permanente en Écosse et considérée à l’époque comme l’une des plus performantes, nécessitait quatre cents tonnes de charbon par an et trois hommes servaient à son entretien.
Un de ces trois hommes, sa femme et cinq de leurs six enfants furent asphyxiés par la fumée en janvier 1791. Seule une petite fille survécut à l’accident et fut retrouvée vivante trois jours plus tard. Les cendres et les scories s’étaient empilées au cours des dix années précédentes contre la tour de la balise, haute de plus de douze mètres, et avaient fini par atteindre la fenêtre de la pièce où vivaient les gardiens. La combustion du charbon tombant de la balise avait provoqué le drame.
Il arrivait que la lumière soit difficile à distinguer. Par exemple, le HMS Nymphe et le HMS Pallas sombrèrent près de Dunbar la nuit du 19 décembre 1810 parce que les marins avaient confondu la lumière d’un four sur la côte avec la balise de May.
Le Northern Lighthouse Board acheta l’île en 1814 au duc et à la duchesse de Portland pour soixante mille livres sterling, alors que la balise à charbon était le dernier phare privé d’Écosse. Un phare plus approprié fut construit sur l’île en 1816 par Robert Stevenson. Il s’agit d’une tour inspirée du style gothique et conçue pour donner l’impression d’un château. Le monument mesure vingt-quatre mètres de haut et est équipé pour loger trois gardiens avec leurs familles, avec suffisamment de place pour des visiteurs. Ce nouveau phare entra en service le 1er septembre 1816 et est aujourd’hui un monument classé.
Il fut agrandi en septembre 1836, et reçut une nouvelle lampe et sa lentille. D’autres extensions furent réalisées en 1885-1886. En plus des équipements déjà en service, on construisit des salles pour une chaudière et une machine à vapeur. Un atelier et une réserve à charbon furent construits à 250 mètres du phare, près d’un loch d’eau douce encaissé. La salle des machines fut équipée de deux générateurs de vapeur de quatre tonnes et demie chacun (c’étaient alors les plus gros générateurs jamais construits) et produisant un total de 8,8 kilowatts. Ces générateurs alimentaient une lampe à arc dans le phare, avec une lampe à paraffine à trois mèches constamment allumée, mais qui s’éteignait au cas où la lampe électrique tombait en panne. La nouvelle lampe fut utilisée pour la première fois le 1er décembre 1886 ; elle produisait quatre signaux lumineux toutes les trente secondes.
La forte consommation de charbon (environ cent cinquante tonnes par an), associée aux progrès dans le domaine des lampes à huile, menèrent au remplacement par un système au gaz en 1924.
Un autre phare, plus petit, le Low Light, fut construit à quelques centaines de mètres de la balise principale en 1843 afin de produire (avec la balise) deux lumières alignées. Cela permettrait aux bateaux d’éviter le North Carr Rock, à onze kilomètres au nord de l’île. Le Low Light entra en service en avril 1844, mais il ne subsista pas longtemps dans ce rôle et fut reconverti en 1887 en observatoire à oiseaux.
En 1930, deux gardiens du phare sauvèrent de la noyade quatre membres d’équipage du chalutier George Aunger qui venait de s’échouer et les sortirent de l’eau.
À partir du 9 août 1972, les familles des gardiens du phare ne furent plus logées au phare, mais sur la côte, et, le 31 mars 1989, le phare devint totalement automatique, peu après que l’île fut acquise par le Nature Conservancy Council. Il est aujourd’hui commandé à distance via une émission à UHF depuis le phare de Fife Ness et depuis les bureaux du Northern Lighthouse Board à Édimbourg