Navigation

Accueil > Europe > France > Départements Français > Gard (30) > Phare de l’Espiguette

Phare de l’Espiguette

vendredi 23 décembre 2016, par patrick


Phare de l’Espiguette - Gard (30) - France


Carte {JPEG}


















Description


Le phare de l’Espiguette, est perdu au milieu des dunes de sable, isolé à la pointe de l’Espiguette en petite Camargue. Le phare est bâti sur la commune du Le Grau-du-Roi, dans le sud du Gard, en Petite Camargue gardoise et sur le littoral de la mer Méditerranée.
La pointe de l’Espiguette, sur laquelle est situé le phare, est gérée par le Conservatoire du littoral ; depuis le 10 décembre 1998, c’est un site naturel classé.
C’est une tour carrée de 27 mètres de haut, située dans le département du Gard et dans la région Languedoc-Roussillon.
Construit en 1869, il était à l’époque situé à 150 mètres du rivage. Aujourd’hui, l’ensablement du littoral ayant évolué, cette tour carrée se retrouve 4 fois plus éloignée de la mer (700 m). Il a été construit pour remplacer le phare de l’entrée du grau d’Aigues-Mortes, que l’ensablement du golfe a rendu inefficace.
Il a été bâti par M. Dupuy, enterré à Aigues-Mortes (inscription sur le tombeau), qui n’a jamais été payé pour cet ouvrage ; le dossier est passé en conseil d’État.
Le phare fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 9 octobre 2012

 

Histoire


La commission des phares du 17 avril 1840 prescrit l’établissement, à la pointe de l’Espiguette, d’un phare de 3ème ordre, donnant pour modèle celui de la pointe de grave. C’est l’ingénieur ordinaire à Nîmes, Charles Lenthéric (1837-1914) qui établit en 1861 le projet, approuvé en 1865. La dépense prévue (133000 frs) n’est pas imputée sur le crédit spécial des phares mais prise par décret. Charles Dupuy, d’Aigues-Mortes, s’était déjà proposé 40 ans plus tôt pour construire le phare du Grau. Ici, les conditions du chantier sont extrêmement difficiles : l’acheminement des matériaux par chemin de fer de 8 kilomètres sur la plage doit être remplacé par des gabarres tirés par des chevaux. Comme souvent, des modifications du projet ont lieu en cours de chantier : début 1866, la hauteur de la toue est augmentée de 4,32 mètres, en février 1867, parement intérieur prévu en peinture est remplacé par des moellons piqués à la boucharde fine. En aout 1866, Lenthéric signale que des "maladies occasionnées par l’excessive chaleur et surtout par le manque d’eau douce sur la pointe de l’Espiguette ont complètement désorganisé le chantier". Vingt-cinq ouvriers sont nécessaires dont douze tailleurs de pierre. En octobre 1868, le bâtiment est prêt à recevoir les éléments d’éclairage qui arrivent de Paris. Le phare est allumé le 1er janvier 1869.
Dupuy fait appel à l’administration pour dédommagement des difficultés du chantier, faisant imprimer une brochure de 166 pages pour sa défense contre l’état en 1878 : affirmant être ruiné par la construction, il n’obtient faible indemnité.

Dès 1872, le service s’inquiète de l’ensablement qui nuit à l’optique, abime les maçonneries de la tour et envahit cour et logements. La construction de dunes de défense est préconisée avec palissade et plantations de tamaris et de pins. Pourtant, la grandeur de l’entreprise et sa réussite technique et l’esthétique est manifeste : en 1882, pour la reconstruction du sémaphore voisin, la commission chargée d’en déterminer l’emplacement estime que placé au nord-est du phare" en ce qui concerne l’effet architectural, situé à 90 mètres du phare, le sémaphore ne pourrait nuire à l’effet de ce bel édifice".

Construit en 1869, il était à l’époque situé à 150 mètres du rivage. Aujourd’hui, l’ensablement du littoral ayant évolué, cette tour carrée de 27 mètres de haut se retrouve 4 fois plus éloignée de la mer (700 m). Il a été construit pour remplacer le phare de l’entrée du grau d’Aigues-Mortes, que l’ensablement du golfe a rendu inefficace.
Il a été bâti par M. Dupuy, enterré à Aigues-Mortes (inscription sur le tombeau), qui n’a jamais été payé pour cet ouvrage ; le dossier est passé en conseil d’État.
Le phare fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 9 octobre 2012

 

Description technique


Le phare de l’Espiguette est une tour carrée de 27 mètres de haut, située dans le département du Gard et dans la région Languedoc-Roussillon.
La tour pyramidale à base carrée est construite en maçonnerie de pierres apparentes avec chaines d’angle en pierres de taille. La base de la tour a un caractère très majestueux : haute de 2,25 mètres, composée d’un socle et de moulures, elle s’avance fortement en saillie. Dans le vestibule où trois marches permettent de descendre dans le magasin, l’attention se porte sur le sol orné de l’étoile du service des Phares et Balises. Sur la droite, s’élève l’escalier de la tour, construit en pierre de Baruthel.
En haut de l’escalier, on accède à la chambre de veille par une première échelle de meunier en fonte. La chambre de veille repose sur une voûte en pierre de taille avec une calotte sphérique de 3 mètres de diamètre. Dans cette chambre, une échancrure est aménagée dans la paroi ouest pour un lit. Une deuxième échelle de meunier métallique permet de monter à la chambre de la lanterne. La partie supérieure de la tour est traitée en encorbellement, dans le goût néo médiéval, avec un entablement composé de vingt consoles, surmontés d’une frise plate formant des petits arcs. La terrasse est entourée d’un garde-corps en pierre de taille.
De part et d’autres de la tour, se trouvent les logements pour les deux gardiens, avec des deux chambres et une cuisine, donnant sur la cour ainsi que le groupe électrogène et la salle des appareillages de commande. Pour faciliter l’emploi comme amer, le haut du phare est peint en noir afin d’améliorer sa visibilité de jour.

Caractéristiques

Pays France
Département Gard (30)
Localisation Le Grau du Roi (petite Camargue)
Latitude 43° 29.3´ Nord
Longitude 4° 08.5´ Est
Année de construction 1889
Matériau de construction Pierre de taille
Constructeur M. Dupuy
Hauteur 27,4 m (89 ft)
Élévation 27 m (88 ft)
Portée 44,4 km (24 mn)
Feux 3 éclats blancs toutes les 15 s
Optique Fresnel
Visites Accès uniquement
Gardienné Non
Automatisé Oui
Type Phare à terre
Accessibilité Facile
Forme Tour carrée
Protection MH 2012
Statut Actif
Codes ARLHS FRA-276 ; FR-1321 ; Amirauté E0586 ; NGA 6320

 

Localisation



Carte

 


Vidéos

Phare de l’Espiguette


Document
PDF - 2.3 Mo
Fiche de recensement






Haut de page



Portfolio