Navigation

Accueil > Amérique > Canada > Phare de Fort Amherst

Phare de Fort Amherst

mardi 28 janvier 2020, par patrick

▼ Phare de Fort Amherst ► Saint-John’s ► NewFoundland ► Canada ► Élévation 40 m ► Hauteur 8 m ► Portée 17M ► Fl W 15s ► Construction 1951 ▼***Ne pas utiliser ses données pour la navigation***Don’t use the data for navigation***


Phare de Fort Amherst - Canada













































Description







Le phare patrimonial de Fort Amherst est une tour de bois carrée et effilée qui surplombe le goulet, le chenal menant au port de St. John’s, à Terre-Neuve-et-Labrador au Canada. Il est situé à l’endroit où se trouvait autrefois Fort Amherst, une tour et une batterie militaires britanniques. Construit en 1951, c’est le troisième phare du site. Le premier phare de Terre-Neuve a été construit à Fort Amherst [1] en 1810, le phare actuel a été construit en 1951. C’est le plus ancien phare actif de Terre-Neuve. Le phare original se trouvait sur une tour de pierre à l’intérieur du fort. Aujourd’hui, il ne reste que les fondations du fort et du phare de 1852. Les maisons des gardiens sont louées à la ville et peuvent être utilisées pour l’hébergement. Le phare a reçu le statut de patrimoine en 2015. Situé sur le côté sud de l’entrée du port de St. John’s, la capitale de Terre-Neuve. Il est accessible en voiture au bout de la route de Fort Amherst. Le site est ouvert au public mais pas de visite du phare. Le gestionnaire du site est la ville de Saint John’s.










Histoire


Avec son port naturel spacieux, dont l’entrée connue sous le nom de Narrows est entrecoupée par South Head et North Head, St. John’s a longtemps été la colonie dominante de Terre-Neuve. Sir Humphrey Gilbert a revendiqué Terre-Neuve comme colonie anglaise au nom d’Elizabeth I en 1583, mais cette décision sera contestée pendant plusieurs années.
En 1665, les Hollandais ont mis à sac et brûlé St. John’s, ce qui a incité les Anglais à établir des fortifications connues sous le nom de Southside Castle à l’entrée du port. Les Français attaquèrent St. John’s en 1696, 1705 et 1708, et après le troisième assaut, ils détruisirent Southside Castle avant de se retirer. John’s pour une autre brève période en 1762, avant d’être chassés par le lieutenant-colonel William Amherst. Après sa victoire, Amherst réalisa que des fortifications plus solides étaient nécessaires pour protéger l’entrée du port, et il fit construire sur South Head le fort Amherst, nommé d’après son frère Jeffrey qui avait aidé à vaincre les Français à Louisbourg en 1758.

Les plans du fort Amherst ont été établis en 1763, mais la batterie en pierre blanche, soutenue par une plate-forme en bois, n’a été achevée qu’en 1777. À l’instigation des intérêts de pêche et de commerce, le premier phare de Terre-Neuve, une tour de pierre, fut érigée à l’intérieur de Fort Amherst en 1813. Le phare a été entretenu par des contributions jusqu’à ce que Terre-Neuve reçoive un gouvernement représentatif en 1832. Les commissaires des phares, nommés par le gouverneur Thomas Cochrane, firent faire certaines réparations nécessaires au phare en 1834 et y exposèrent un phare amélioré le 7 juillet de cette année-là, mais ils voulaient qu’un "phare de port plus efficace" soit construit le plus tôt possible. Le coût prévu pour le nouveau phare était de 70 £, mais il faudrait plusieurs années avant qu’il ne soit construit.
Philip Roach fut nommé le premier gardien civil du phare en 1834, mais les soldats de l’Artillerie royale conservèrent la tâche de tirer un canon à brouillard toutes les demi-heures lorsque le cap Spear était enveloppé de brouillard. En 1843, les commissaires constatent que le phare est très secoué par les tirs et que le gardien est "soumis à une grande gêne et à de grands désagréments du fait d’être confiné dans un seul appartement pour tous ses besoins". En janvier 1849, Patrick Kough, surintendant des phares, a écrit ce qui suit au sujet du phare de Fort Amherst :
La lanterne ici est une préoccupation assez fragile ; elle a été construite il y a environ trente ans, et elle est maintenant tellement affaiblie et délabrée, que si on la touche, elle doit être renouvelée ; mais même cela ne serait pas si important, si ce n’était pas le fait que toute la préoccupation est dans un état de délabrement et d’usure tel, qu’il est difficile de déterminer à quel moment commencer.

Un nouveau phare a finalement été érigé en 1852, après que les commissaires du phare aient réussi à faire transférer le contrôle de Fort Amherst du gouvernement britannique à la colonie. Par nécessité, le phare était attenant à la caserne du fort, qui était une structure de deux étages de trente-cinq pieds sur vingt pieds. L’aile du phare mesurait douze pieds sur vingt pieds et était centrée sur le côté ouest de la caserne, ce qui donnait à la structure une forme de "T". Le phare, construit par Kerr et Moody, était prêt à être occupé au printemps 1853, lorsqu’une lanterne, commandée à la société écossaise Stevenson & Co., devait arriver. La salle de la lanterne était montée au sommet du toit incliné du phare et, contrairement à la lanterne précédente, la nouvelle lanterne brillait également dans le port, aidant les navires à sortir et à entrer dans le goulet.

Le gardien Roach mourut en 1852, obligeant Honora, son épouse démunie, à demander au gouvernement une "petite subvention annuelle" en contrepartie du service de son défunt mari à bord des navires de guerre de Sa Majesté et au phare. John Sheppard prit la relève comme gardien et, en 1855, un brûleur Argand triple placé dans le foyer d’une nouvelle lentille annulaire de quatrième ordre fut installé à Fort Amherst, ce qui augmenta considérablement la portée du phare. La nécessité pour le gardien Sheppard d’assister constamment à cette nouvelle lumière pendant la nuit a sérieusement affecté sa santé, et la nomination d’un assistant a été recommandée. Le fils de Sheppard, Austin, fut nommé assistant du gardien, ce qui permit à John Sheppard de s’occuper de la lumière jusqu’en 1887, une longue période de trente-cinq ans de service à Fort Amherst.

En 1886, John Nevill, l’inspecteur du phare, remarqua que la santé du gardien Sheppard était défaillante et qu’il était "peu probable qu’il soit à nouveau pleinement apte au service". Un certificat médical attestant de la mauvaise santé du gardien fut établi en janvier 1887, et en mars, John Sheppard, qui avait commencé son service comme assistant à Harbour Grace Island en 1836, reçut une allocation de retraite. Austin Sheppard, qui à cette époque était gardien au cap Spear, fut transféré à Fort Amherst pour remplacer son père.

Austin Sheppard a pris le bateau de la station à St. John’s le 8 juillet 1892, et cet après-midi-là, un incendie s’est déclaré qui a détruit presque tout St. John’s et laissé 11 000 personnes sans abri. Bien qu’Austin se soit échappé avec sa vie, le bateau de la station a brûlé jusqu’à sa ligne de flottaison à Queen’s Wharf.
En 1901, un signal explosif composé de coton à canon tiré par l’électricité a remplacé le canon de Fort Amherst. Le canon avait coûté soixante-quinze cents par charge, mais le nouveau signal ne coûtait que vingt-cinq cents, ce qui permettait de le tirer toutes les vingt minutes. Cependant, le temps entre les tirs était considéré comme trop long, et en 1908, un signal de brouillard à diaphragme, sonné par de l’air comprimé, fut installé à Fort Amherst. Lors de sa première installation, cette nouvelle alarme de brouillard donnait une explosion de trois secondes et demie suivie de soixante-six secondes de silence, mais elle fut modifiée quelques années plus tard pour produire le signal suivant : explosion de deux secondes et demie, dix secondes de silence, explosion de deux secondes et demie, cinquante-cinq secondes de silence.

La caractéristique de la lumière de Fort Amherst a été modifiée en 1912, passant d’une lumière blanche fixe à une lumière blanche occultante qui était alternativement visible pendant deux secondes et demie et éclipsée pendant deux secondes et demie. En 1919, une lumière à l’acétylène a été installée, produisant vingt éclairs par minute.

Austin Sheppard a servi comme gardien à Fort Amherst jusqu’en 1924, date à laquelle son petit-fils, Robert Carl Sheppard, lui a succédé. En 1934, le gardien Sheppard et sa femme Sadie reçurent la permission d’ouvrir le "Narrows Tea Room" dans un grand hangar situé juste à l’est du phare. Le salon de thé était un lieu de retraite populaire pour les habitants de St. John’s, mais il a dû être fermé en 1939 car l’espace était nécessaire pour loger les soldats pendant la Deuxième Guerre mondiale.

Robert Sheppard, un capitaine de navire qui avait été blessé pendant la Première Guerre mondiale, démissionna de son poste en 1939 et devint capitaine de navires marchands réquisitionnés à l’étranger pour l’Amirauté britannique. Ben Dalton prit la relève en tant que gardien, vivant dans le phare de pierre de Fort Amherst avec sa femme et ses cinq enfants. Le 3 mars 1941, le U-Boat 587 allemand tira une torpille sur un navire à vapeur entrant dans le goulet, espérant bloquer l’entrée du port important, mais la torpille manqua son coup et heurta la falaise juste en dessous du phare. Après cet incident, la famille de Dalton s’est installée à St. John’s pour la durée de la guerre.

Après l’intégration de Terre-Neuve au Canada en 1949, le ministère des Transports décida qu’il fallait construire un nouveau phare et des logements à Fort Amherst. En 1951, deux habitations et le phare pyramidal en bois actuel de vingt-cinq pieds de haut furent construits sur South Head, et le vieux phare en pierre ainsi que les casernes furent démolis peu après.

Leo Power a été nommé gardien adjoint à Fort Amherst en 1943, et il a pris la tête de la garde en 1953. Leo et sa femme Nellie ont élevé onze enfants à la station. Un dimanche, Nellie, qui était enceinte à l’époque, se rendait à l’église avec ses enfants lorsqu’elle glissa sur la glace près du bord de la falaise. Ses enfants ont crié : "Maman va passer par-dessus la falaise !", mais Nellie a réussi à attraper un bâton gelé dans la glace et à s’accrocher jusqu’à ce que son fils Leo mette des chaussettes sur ses bottes en caoutchouc et vienne à son secours. "C’est un miracle qu’aucun d’entre nous ne soit jamais tombé de la falaise", a dit Nellie, "c’était si dangereux avant."

Une petite cérémonie a eu lieu le 20 août 1970 pour dévoiler une plaque à Fort Amherst, qui avait été désigné lieu historique national en 1951. Keeper Power a pris sa retraite en 1972, à l’occasion de son soixante-cinquième anniversaire. Ed Brake a pris la direction de la station jusqu’en 1975, puis Con Bennett a été gardien jusqu’en 1982, date à laquelle la station a été privée de personnel.

En 1991, Jack Power, fils du gardien Leo Power, a visité sa maison d’enfance à Fort Amherst avec sa femme Rosalind. Ils ont trouvé des panneaux sur les maisons des deux gardiens indiquant "A vendre et à enlever", mais le couple a juré de se battre pour sauver les structures. Ils ont écrit à la Garde côtière canadienne pour proposer de louer les bâtiments, mais bien qu’ils aient été autorisés à établir une galerie temporaire dans le plus grand logement à temps pour une réunion des résidents de Fort Amherst en 1992, ce n’est qu’en 1995, lorsque la ville de St. John’s a pris le contrôle de la propriété, qu’ils ont pu obtenir un bail de trente ans sur la propriété.

Après avoir rénové le logement de deux étages à leurs propres frais, Jack et Rosalind l’ont ouvert en tant que musée et salon de thé en juin 1998. Les Pouvoirs ont ensuite restauré le plus petit logement juste à temps pour qu’ils puissent y emménager et observer le premier lever de soleil du nouveau millénaire depuis la fenêtre de leur cuisine. Le salon de thé a fonctionné jusqu’en 2006, date à laquelle Jack Power est décédé.

Peter Gill, petit-fils de Leo Power, a pris le contrôle de la propriété en 2006 avec sa femme Nicole. Le couple a rénové le petit logement en 2007-2008 et a commencé à le proposer comme location de vacances en 2011. Le plus grand logement a ensuite été rénové et offert en location en 2013.


Description technique


Construit en 1951 (station 1810). Ce phare est actif avec un plan focal à 40 mètres (132 pieds) ; Signal : 1 éclat blanc toutes les 15 secondes. C’est une tour carrée pyramidale en bois de 8 mètres de hauteur (25 pieds) avec une lanterne et galerie peinte en blanc. Le dôme de la lanterne est rouge.

Fort Amherst est un petit port situé dans la banlieue de Saint-Jean, doté d’un phare maritime. Il a été construit en 1770 pour contrôler l’entrée du port de St. John’s. Il fait partie des sites historiques du Canada depuis 1951.


Infos


Nom et localisation Position Caractéristiques Hauteur focale Portée Structure Remarques
18488
H 0458
Fort Amherst, S. side of entrance 47° 33.8´ N
52° 40.8´ W
Fl W 15s 132ft
40 m
17M Tour blanche (25 ft) 8 m Horn : 1 bl. ev. 20s

Caractéristiques

Pays Canada
Région Newfoundland - Terre Neuve
Localisation Saint John’s
Latitude 42°33.8´Nord
Longitude 52°40.8´Ouest
Année de construction 1951
Matériau de construction Bois
Hauteur 8 m (25ft)
Élévation 40 m (132ft)
Portée 17M
Feux 1 éclat blanc toutes les 15s
Visites Accès uniquement
Gardienné Non
Automatisé Oui
Type Phare à terre
Accessibilité Assez difficile
Forme Tour pyramidale
Opérateur City of St. John’s
Statut Actif
Codes ARLHS CAN-683 ; CCG 506 ; Admiralty H0458 ; NGA 1848.

 

Localisation



Carte

 


Vidéo


Haut de page



Portfolio


[1Fort Amherst comprend un port artificiel, un phare et les vestiges d’emplacements de canons et de casemates construits pendant la Seconde Guerre mondiale pour se défendre contre les U-boots allemands. Deux canons QF 4,7 pouces B Mark IV* sont toujours en place, et on peut encore les voir sur leurs affûts.