Navigation

Accueil > Océanie > Nouvelle-Zélande > Phare de Dog Island

Phare de Dog Island

samedi 11 janvier 2020, par patrick

▼ Phare de Dog Island ► Dog Island ► Southland - Île du Sud ► Nouvelle-Zélande ► Élévation 46 m ► Hauteur 36 m ► Portée 19M ► Fl W 10s ► Construction 1865 ▼***Ne pas utiliser ses données pour la navigation***Don’t use the data for navigation***


Phare de Dog Island - Nouvelle-Zélande








































Description






Le phare de Dog Island est situé sur une petite île du même nom à environ 5 kilomètres au large de la côte Sud de la Nouvelle-Zélande. Il marque l’entrée du port de Bluff, la ville la plus australe du pays.
Dog Island est entourée par les eaux du détroit de Foveaux un bras de mer qui sépare l’Île du Sud (South Island) de l’île Steward, dans l’océan Pacifique Sud. Il est visible depuis la plage de Bluff et du phare (lien) et depuis le ferry Foveaux Express du port de Bluff à Halfmoon Bay sur l’île Stewart . Le site est accessible uniquement et la tour est fermée au public
Ce phare est opérationnel depuis le 1er août 1865, c’est un projet de l’ingénieur James Balfour (disciple de David et Thomas Stevenson), concepteur de plusieurs phares néozélandais.
La tour, de section circulaire, est bâtie en pierre locale appuyée (depuis 1916) sur une base de béton et peinte de deux bandes noires et deux bandes blanches.
Le phare de Dog Island est le plus haut phare de la Nouvelle Zélande ; il a une hauteur de 36 m (118 pieds) ; son plan focal étant à 46 m (150 pieds).
Géré par la Maritime New Zealand depuis la ville de Wellington, électrifié en 1925, automatisé en 1989 et converti à l’énergie solaire en 1996.











Histoire


Le phare de Dog Island sur l’île de Dog Island dans le détroit de Foveaux est le plus haut phare de Nouvelle-Zélande, et l’un des plus anciens. Il est remarquable par sa construction en maçonnerie, et est un exemple de travail d’un ingénieur qui était éminent à l’époque. Le phare a utilisé le premier faisceau rotatif de Nouvelle-Zélande, et l’unique appareil d’éclairage original a été utilisé pendant 60 ans. Le phare de Dog Island est l’un des phares les plus distincts de la Nouvelle-Zélande, seuls deux autres ayant des bandes peintes pour une meilleure visibilité de jour. Le phare est enregistré par Heritage New Zealand comme une structure de catégorie I, et la maison adjacente des gardiens de phare est enregistrée dans la catégorie II. Exploitée à l’origine par trois gardiens de phare, la structure est depuis 1989 télécommandée depuis le bureau de Wellington de Maritime New Zealand, Dog Island étant inhabitée depuis lors. Le phare de Dog Island a figuré deux fois sur les timbres de la Nouvelle-Zélande.

Il était clair qu’il fallait un phare dans le détroit de Foveaux, mais il y a eu de longues discussions dans les années 1860 pour savoir où le placer. On a demandé l’avis de capitaines ayant une expérience locale et ils ont suggéré des sites possibles sur Centre Island, Ruapuke Island, Stewart Island, Solander Islands, and Dog Island. Cette dernière a été choisie comme premier site de phare du Southland ; la recommandation a été faite par le capitaine de port d’Invercargill à James Alexander Robertson Menzies, le premier surintendant de la province du Southland. À l’époque, la province de Southland venait de se séparer de la province d’Otago, et les deux gouvernements provinciaux étaient impliqués. La confusion régnait quant à savoir qui allait prendre en charge la situation et, en fin de compte, le gouvernement central a assumé la responsabilité de la construction de tous les phares de la colonie.

Construction
James Balfour, à l’époque ingénieur maritime du Conseil provincial d’Otago et plus tard du gouvernement colonial de la Nouvelle-Zélande, a été chargé en 1863 de concevoir le phare. Balfour a commandé l’équipement du phare et l’appareil d’éclairage au célèbre concepteur de phares d’Édimbourg, Alan Stevenson. Balfour avait suivi une formation sous la direction des frères Stevenson, David et Thomas Stevenson. En 1848, Maggie, la sœur aînée de Balfour, avait épousé Thomas Stevenson, les Stevenson étaient donc ses beaux-frères.

L’équipement est arrivé sur le navire City Of Dunedin de Glasgow à Port Chalmers le 3 septembre 1863, et l’appareil lumineux est arrivé par le navire Resolute le 17 mars 1864. L’appareil lumineux pour le phare de Taiaroa Head est également arrivé sur le Resolute.

L’île de Dog Island est basse et rocheuse, et son point le plus élevé (naturel) se trouve à environ 15 mètres (49 pieds) au-dessus du niveau de la mer. Les calculs ont montré que le phare devrait avoir une hauteur de quelque 110 pieds (34 mètres) s’il était construit sur le point le plus élevé pour être efficace. Une enquête a montré qu’il y avait suffisamment de roches pouvant être extraites sur l’île pour la structure, et qu’il serait trop coûteux de construire une tour aussi haute en acier.

La tour conçue par Balfour avait une hauteur de 36 mètres (118 pieds). Elle avait un diamètre de 6,6 mètres (22 pieds) à sa base et de 5,0 mètres (16,4 pieds) sous le balcon. La lanterne était placée à une hauteur de 30,5 mètres (100 pieds). Deux logements, également conçus par Balfour, ont été construits pour les gardiens du phare et leurs familles. Le coût total s’est élevé à 10 480 £, ce qui était nettement supérieur au coût moyen qui se situait à l’époque entre 4 000 £ et 6 000 £. L’appareil d’éclairage a été conçu spécialement pour l’éloignement du lieu. Au lieu du système habituel de brûleur central avec une seule lampe, on a utilisé seize lampes disposées en quatre, chacune avec son propre miroir derrière elle. Les lampes étaient montées sur un cadre à base carrée qui effectuait une révolution alimentée par une horloge massive toutes les deux minutes, ce qui permettait d’obtenir un faisceau toutes les 30 secondes. La raison de cette disposition était la redondance : même si l’une des lampes tombait en panne, les trois autres, orientées dans la même direction, produisaient toujours un faisceau, bien qu’un peu plus faible. Le mécanisme d’éclairage était également assez simple à réparer en cas de besoin. Il s’agissait du premier appareil à lumière tournante en Nouvelle-Zélande.

Phare de l’île Dog au début des années 1900

La femme et le bébé du gardien du phare de Dog Island en 1924
Le phare a été exploité pour la première fois le 5 août 1865. Dans l’année qui a suivi sa construction, on a constaté que la tour oscillait beaucoup plus que les autres tours en cas de vents violents. En raison de la faiblesse du sous-sol tourbeux, la tour a pris une légère inclinaison. Pendant les tempêtes, la tour fuyait fortement et on craignait que cela ne renforce le mortier entre les pierres. Le mortier faible a été raclé en 1867 et remplacé par du ciment Portland. En même temps, la tour a été peinte avec une grande bande blanche au milieu, le reste étant peint en noir, à la fois pour rendre la tour plus visible pendant la journée, mais aussi pour imperméabiliser davantage la structure. Cette combinaison de couleurs est restée inchangée depuis.

En 1871, une fissure est apparue à la base de la tour et l’ingénieur de marine de l’époque a ordonné un renforcement immédiat. Cela fut fait avec du bois dur et des bandes de fer forgé. Ce travail, considérablement entravé par le mauvais temps, coûta 978 £. En 1916, il fut décidé qu’un renforcement majeur était à nouveau nécessaire, car le coulis de ciment était défaillant. Les plans établis à l’époque et modifiés deux ans plus tard prévoyaient l’application d’un revêtement de béton armé de 2 pieds (0,61 m) d’épaisseur à l’extérieur jusqu’à un peu en dessous du balcon, et un revêtement intérieur de 6 pouces (150 mm) de béton armé jusqu’au quatrième étage. La tour a été repeinte dans sa couleur précédente.

En 1876, les brûleurs des lampes sont passés de l’huile de colza à l’huile de paraffine. Le système original a été utilisé pendant 60 ans, et en 1925, l’appareil optique a été modernisé pour devenir une lentille dioptrique de deuxième ordre avec un brûleur à huile incandescent. Cela a changé la puissance lumineuse à trois flashes en succession rapide toutes les 30 secondes. Une centrale électrique au diesel a été installée en 1954, et le fonctionnement électrique du faisceau a commencé en octobre de cette année-là. Le générateur diesel a été remplacé en 1970. En septembre 1999, la lumière a été remplacée à nouveau, cette fois par un phare rotatif, avec une ampoule halogène de 35 watts comme source lumineuse. L’énergie provient de panneaux solaires et d’un banc de batteries.

Un troisième logement pour les gardiens de phare a été construit en 1884. Les trois logements d’origine étaient en mauvais état dans les années 1920 et deux maisons de six pièces chacune ont été construites pour les familles ; en même temps, les deux chalets d’origine sont devenus des hangars d’entreposage. Une nouvelle maison a été construite en 1979 pour le gardien du phare, alors célibataire.

À l’origine, il y avait trois gardiens de phare avec leur famille sur l’île. Le mécanisme de phare rotatif initial devait être remonté toutes les heures, et en 1883, le principal gardien de phare est mort en tombant dans le puits central en essayant d’attacher des poids au mécanisme. En 1977, le nombre de gardiens de phare a été réduit de deux à un en raison d’améliorations opérationnelles. En 1981, une commission d’enquête sur l’automatisation des phares a été créée et le site de Dog Island était l’un des neuf sites de la Nouvelle-Zélande qui devaient rester dotés en personnel ; dans ce cas, c’était en raison de son éloignement et de sa capacité d’aider à la recherche et au sauvetage dans la région. En août 1989, le site de Dog Island a été entièrement automatisé et le dernier gardien de phare permanent de la Nouvelle-Zélande a été retiré du service. Le phare est télécommandé à partir du bureau de Wellington de Maritime New Zealand.

Malgré le phare, le vapeur SS Waikouaiti s’est échoué sur l’île de Dog Island le 28 novembre 1939 dans un épais brouillard et a fait naufrage.

Aujourd’hui
Le phare a été automatisé en 1989, et l’île est depuis inhabitée. Le phare est le plus haut de Nouvelle-Zélande, et l’un des plus anciens. Grâce à ses rayures noires et blanches, il pourrait bien être l’un des phares les plus distinctifs de la Nouvelle-Zélande. Il n’y a que deux autres phares en Nouvelle-Zélande d’apparence similaire ; le phare du cap Campbell a également des bandes noires et blanches, tandis que le phare du cap Palliser a des bandes rouges et blanches. La lentille de 1925 est exposée au Museum of Wellington City & Sea sur le quai Jervois à Wellington, en prêt de Maritime New Zealand. Le mécanisme de rotation de 1865 est visible au Bluff Maritime Museum.

Il n’y a pas d’accès public à l’île Dog ni au phare. Le phare est entretenu par Maritime New Zealand [1]

Enregistrements du patrimoine
Le cottage des gardiens de phare a été enregistré par le New Zealand Historic Places Trust (aujourd’hui Heritage New Zealand) le 24 novembre 1983 comme structure de catégorie II, sous le numéro d’enregistrement 2562. Le 22 novembre 1984, le phare de Dog Island a été enregistré comme structure de catégorie I, sous le numéro d’enregistrement 395. Le phare est important pour sa hauteur, son âge et l’utilisation relativement rare de la maçonnerie pour une telle structure. Il est également un exemple du travail d’un ingénieur qui était très en vue à son époque.


Description technique


Construit en 1865. Ce phare est actif avec un plan focal à 46 mètres (151 pieds) ; Signal : 1 éclat blanc toutes les 10 secondes. C’est une tour ronde en pierre de 36 mètres de hauteur (121 pieds) revêtue de béton avec lanterne et galerie, peinte en blanc avec deux bandes horizontales noires. Le dôme de la lanterne est gris métallique.
La tour est légèrement inclinée depuis peu après sa construction, en raison des mauvaises conditions du sol sur l’île ; elle a été encastrée dans du béton de deux pieds d’épaisseur en 1916 pour la renforcer contre cette inclinaison. Il s’agit de la dernière station dotée de personnel en Nouvelle-Zélande, qui a finalement été automatisée en 1989.


Infos


Nom et localisation Position Caractéristiques Hauteur focale Portée Structure Remarques
5428
K 4394
Dog Island 46° 39.1´ S
168° 24.6´ E
Fl W 10s 151ft
46 m
19M Tour blanche ronde en pierre avec bandes noires (121ft) 36 m Reserve light range 10M.

Caractéristiques

Pays
Région South Island
Localisation Dog Island
Latitude 46° 39.1´ Sud
Longitude 168° 24.6´ Est
Année de construction 1865
Matériau de construction Pierre
Hauteur 36 m (121ft)
Élévation 46 m (151ft)
Portée 19M
Feux 1 éclat blanc toutes les 10s
Visites Accès uniquement
Gardienné Non
Automatisé 1989
Type Phare insulaire
Accessibilité Difficile
Forme Tour cylindrique
Opérateur MNZ (Maritime New Zealand)
Statut Actif
Codes ARLHS NZL-019 ; Admiralty K4394 ; NGA 5428

 

Localisation



Carte

 


Vidéo

nom


 

Haut de page



Portfolio


[1L’histoire du phare de l’île Dog Island

Le phare de l’île de Dog Island a été construit pour avertir les marins de la présence de cette île basse, plate et rocheuse qui n’est qu’à quelques mètres au-dessus du niveau de la mer.
La tour du phare a été la première en Nouvelle-Zélande à être conçue par James Balfour. Il est devenu plus tard l’ingénieur de la marine coloniale et a conçu de nombreux phares de la Nouvelle-Zélande.
La tour a été construite à partir de pierres extraites sur l’île. Le phare a commencé à fonctionner en août 1865.
Le sous-sol tourbeux a fait que la tour s’est légèrement inclinée et au cours des 50 années suivantes, de nombreuses réparations de fortune ont été effectuées. En 1916, on a signalé qu’elle n’était pas sécuritaire et toute la tour a été enfermée dans une coquille de béton.
Pour faire ressortir le phare, la tour a été peinte avec des bandes noires et blanches, plutôt qu’avec le blanc ordinaire. Il n’y a que deux autres phares en Nouvelle-Zélande qui ont des rayures. Le phare du cap Campbell, qui ressemble à celui de l’île Dog island, et le phare du cap Palliser, qui a des rayures rouges et blanches.

Fonctionnement du phare de l’île Dog

Le système d’éclairage original était le premier feu tournant du pays. Seize petites lampes à huile, chacune avec sa propre lentille, tournaient à l’intérieur d’une seule lanterne. Ce système différait des autres premières lampes qui comprenaient une seule lampe à huile et une lentille rotative. En 1925, les lampes individuelles ont été remplacées par une lampe unique et une lentille rotative.
En 1954, la lumière a été convertie du pétrole à l’électricité produite par le diesel.
L’éclairage original de l’île de Dog Island a causé des tâches et des difficultés supplémentaires aux premiers gardiens. Toutes les heures, il fallait remonter le mécanisme. En 1883, le gardien principal est mort après être tombé dans un puits de 23 mètres qui descendait au milieu de la tour. Il est tombé en ajoutant un poids supplémentaire qui a été utilisé pour augmenter la vitesse du feu tournant.
Le feu a été automatisé en 1989 et les gardiens ont été retirés la même année.
En septembre 1999, le feu original a été retiré et remplacé par un phare rotatif moderne, éclairé par une ampoule halogène au tungstène de 35 watts.
L’électricité nécessaire pour alimenter le nouveau phare est fournie par des batteries chargées par des panneaux solaires.
La lumière est surveillée à distance depuis le bureau de Wellington de Maritime New Zealand.

La vie au phare de Dog Island

Le phare de l’île de Dog Island avait à l’origine trois gardiens et leurs familles. Au moment où le phare a été automatisé, il n’y avait plus qu’un gardien et sa famille.
La vie à Dog Island pouvait être difficile pour les gardiens et leur famille. L’île était trop isolée pour que les enfants puissent aller à l’école sur le continent chaque jour.
Dans les premières années, les fournitures étaient envoyées sur le navire de ravitaillement du gouvernement tous les trois mois. Le dernier gardien et sa famille ont eu plus de facilité à s’approvisionner. Après la construction d’une piste d’atterrissage sur l’île, les approvisionnements étaient expédiés par avion toutes les deux semaines.