Navigation

Accueil > Afrique > Seychelles > Phare de Denis Island

Phare de Denis Island

jeudi 12 janvier 2017, par patrick


Phare de Denis Island - Seychelles



















Description


Le phare de Denis Island se situe sur une petite île de corail privée située à 85 km au nord de Mahé l’île principale des Seychelles. Il suffit de 30 min d’avion pour rejoindre cette île corallienne, qui constitue l’un des fleurons de l’archipel des Seychelles [1]

Vue du phare {JPEG}

Le phare se trouve au nord de Denis Island près de l’aérodrome.
Ce phare est l’un des plus anciens bâtiments des Seychelles, classé monument national et est toujours en activité. Construit en bois à la fin du XIXème siècle, il fut par la suite remplacé par un phare métallique au début du XXème siècle. A visiter !
Denis Island [2] est une île privée. Elle abrite un établissement idéal pour un séjour de luxe, le Denis Island Lodge.
La construction date de 1910 mais la station a été établie en 1883. L’extension squelettique a été rajoutée en 1973. L’ancienne tour carré squelettique en bois date de 1892 (voir photos) qui a été rapidement détériorée avec le climat tropical.

Denis Island attire les Robinson en herbe en mal de retraite luxueuse loin de tout depuis 1977. Mais son premier touriste fut en réalité Denis de Trobiant, qui accosta en 1773 sur cette île paradisiaque et lui légua son prénom !

Le site est ouvert et la tour est déclarée ouverte pour pratiquer l’escalade jusqu’à la galerie.

 



Histoire


Pendant cent vingt-sept ans, le phare de l’île Denis a fourni une sécurité de navigation à des milliers de navires ....
Pourtant, ce n’était pas la décision volontaire du gouvernement colonial de construire un phare sur l’île Denis en 1881. C’était une demande péremptoire de la compagnie maritime française des Messageries Maritimes, qui offrait des services réguliers aux Seychelles depuis 1864. Début mai 1881, ils informaient le commandant en chef Henry Cockburn Stewart (1844-1899) que leurs navires cesseraient leur service aux Seychelles en janvier 1882 si un phare n’était érigé sur aucune des deux îles situées sur le bord nord des bancs de sable des Seychelles. (Île des oiseaux ou île Denis). Leur inquiétude était les eaux peu profondes et dangereuses qui existent dans le voisinage de ces îles, qui ont rendu la navigation de nuit dangereuse.
Conscient des effets désastreux que cette éventualité pourrait avoir sur l’économie de l’archipel, le Chef de la Commission Civile Stewart ne pouvait ignorer l’avertissement. Ce sont surtout les navires à vapeur des Messageries Maritimes qui ont amené des passagers, des marchandises et du courrier aux Seychelles, et qui ont emmené les produits agricoles du pays à l’étranger vers les marchés d’exportation.

On ne perdait pas le temps de décider laquelle des deux îles serait l’endroit idéal pour un phare. Denis Island a été choisi. Ce bas-fond de sable de 350 acres, 1 mile de long et 3 quarts de mile de large, au bord nord des bancs des Seychelles a été découvert par Jean François DENIS de KEREDERN, comte de Trobriand (1730-1780) le 11 août 1773. Avec une élévation générale de 8 pieds au-dessus du niveau de la mer, l’île avait une couche épaisse de guano qui a couvert la surface de la pierre de sable phosphatée dans de nombreux endroits. Les arbres de Casuarina se sont développés à l’intérieur de la frange côtière de veloutier, et outre les cocotiers, takamaka et badamier étaient les traits caractéristiques principaux de l’île.
L’obligation de construire un phare sur l’île corallienne, loin de Mahé, est arrivée à un moment inopportun pour l’administration coloniale des Seychelles qui a été gouvernée comme une dépendance de Maurice. Près d’une décennie plus tôt, en 1872, un conseil des commissaires civils, et les finances du pays ont été séparés de ceux de Maurice - dans la préparation pour Seychelles pour être donné l’autonomie coloniale complète par 1903.
En 1881, Henry Cockburn Stewart remplaça temporairement Francis Theophilus Blunt qui était décédé en février à 44 ans. Même si le boom de la production de vanille, conjugué à l’exportation de milliers d’hectolitres d’huile de coco, apportait des recettes considérables, le commissaire civil en chef, âgé de 37 ans, a conclu que manipuler et gérer les revenus et les dépenses du pays étaient risqués.
Et le coût de la construction d’un phare qui nécessitait l’assistance d’un ingénieur mécanicien, le conseil expert d’un constructeur, le travail des ouvriers et surtout le site de l’infrastructure n’avait pas été envisagé.
Néanmoins, afin d’apaiser la préoccupation des « Messageries Maritimes », les travaux ont commencé en août sous la supervision du surintendant des travaux publics et de l’arpenteur gouvernemental Jules Cauvin. Il a été décidé que le phare devrait être situé sur le promontoire nord de l’île. Un acre de terre, là, a été loué à la compagnie de guano. Mais ... construire un phare sur l’île Denis était une tâche de Sisyphus ! Le 10 décembre, une tour de pierres de corail qui avait atteint 40 pieds a fondu, causant de graves blessures à plusieurs ouvriers et prisonniers qui y travaillaient.
Par conséquent, le travail a été suspendu en attendant une commission d’enquête sur l’incident. En février de 1882, Arthur Cecil Stuart Barkley (1843-1890) est arrivé pour assumer ses fonctions en tant que Chief Civil Commissioner. En dépit d’être préoccupé par d’autres aspects de son administration (y compris, avoir à traiter une pétition d’un groupe d’habitants qui demandent que les Seychelles restent une dépendance de Maurice, et l’établissement de l’éducation laïque) la construction du phare de l’île Denis restait une caractéristique impérative de son programme colonial. L’augmentation du trafic maritime dans l’océan Indien a maintenu un contact régulier entre les Seychelles et le monde extérieur. En 1881, 76 navires avaient jeté l’ancre à Port Victoria, qui avait déjà son phare depuis 1876.
Cependant, les travaux sur la construction du phare sont restés en suspens pendant toute l’année 1882. L’accident de 1881 fut attribué à la négligence flagrante du surintendant des PWD, Jules Cauvin, dont l’imprudence en autorisant une lourde tour de corail à construire sur le sol sablonneux de l’île Denis avait été presque mortelle pour les ouvriers. En outre, Cauvin, a été accusé de flageller les prisonniers.
Barkly a informé le secrétaire d’État des colonies de son mécontentement avec Cauvin et a demandé qu’un officier de l’arpenteur département général soit envoyé pour prendre la charge du P.W.D. Cauvin a démissionné en décembre de 1882.
C’est clair que des copieuses correspondances que le Commissaire civil en chef a envoyées à son supérieur à Maurice, qu’il était impatient d’accomplir l’érection du phare sur l’île Denis. Dans un de ses rapports sur le sujet, il a déconseillé l’érection d’une structure en pierre et a recommandé que, au lieu de cela, le principe de travail en treillis dans beaucoup d’utilisation en Amérique et qui a été employé pour réparer temporairement le Grand River Bridge à Maurice, après l’ouragan de 1868 serait approprié. Il a même joint un coupon d’un journal américain.
Au début de 1883, les travaux reprennent. En mars, lorsque les bases du trépied ont été achevées, Barkly a exprimé son inquiétude concernant le manque de gardien de phare expérimenté aux Seychelles et a demandé si Maurice pouvait en fournir un. Le trépied en bois est arrivé de Maurice et, en avril, la lanterne a été fixée sur le dessus. Denis Island a maintenant son phare. Il faisait 55 pieds de haut. 41 navires arrivèrent à Mahé pendant cette année, parmi eux les vapeurs habituels des Messageries Maritimes ; Alphee, Erymanthe, l’Imperatice, Denai Camdodge, Hydaspe ...
En décembre 1885, Georges Hollier Griffith, commissaire civil par intérim, écrivit au gouverneur de Maurice. Sir John Pope Hennessey (1834-1891) au sujet de l’état délabré du trépied qui avait été importé de l’île Maurice en 1883. Il a suggéré qu’un nouveau phare de bois de capucin soit construit à l’extérieur de celui mal en point. Au lieu de le démolir, ce qui nécessiterait l’arrêt du signal lumineux pendant une durée indéfinie, après quoi l’appareil lumineux lui serait transféré.
Des années passèrent, et, en plus d’un travail de réparation minime à la structure décrépite, la révision majeure qu’il fallait d’urgence ne restait que des propositions écrites sur papier.
Jusqu’en 1840, lorsque l’administrateur, Thomas Risely Griffith a fortement recommandé la construction d’une tour maçonnerie "il serait mieux répartis dans l’intérêt de la dépendance à dépenser 14.000 Roupies (SCR) pour un phare en pierre d’environ 800 £, en ajoutant trois pieds en bois supplémentaires à la structure actuelle.
Mais, sans surprise, lorsque la morphologie géologique et la topographie de l’île Denis ont été de nouveau prises en compte, la sagacité de Griffith a été rapidement ignorée !
En 1892, un nouveau phare mesurant 66 pieds de haut a été construit avec des bois durs. La Lumière était visible à une distance de 12 milles de tous les points cardinaux. Le 20 décembre 1893, le nouveau phare de l’île Denis est allumé.
Cependant le climat tropical a une manière insidieuse de prendre son usure sur le bois même le plus dur des bois, même capucin ... .. Ainsi en mars 1907, le gouverneur Walter Edward Davison (1859 - 1923) a signalé au secrétaire d’état pour les colonies, l’« état malade » de la structure du phare sur l’île Denis et a fortement recommandé qu’un nouveau phare soit construit avec un trépied en acier qui porterait le poids de deux tonnes. Admis pour son savoir-faire intuitif en matière pratique, Davidson a exprimé son inquiétude à l’égard du fait qu’il jugeait injuste que la colonie des Seychelles supporterait le coût total d’un nouveau phare qui servirait non seulement les navires qui arrivent au port de Victoria, sur leurs voyages océaniques d’aller ailleurs. Il a donc demandé au secrétaire d’État, le comte d’Elgin et de Kincadine, que les Seychelles demandent une aide financière de 400 livres sterling de Trinity House pour le coût de la reconstruction du phare de Denis Island. Trinity House était une corporation qui était l’autorité en charge des phares, des phares et des bouées de l’Angleterre et du Pays de Galles. Fondée au 16ème siècle, elle avait son siège sur Tower Hill à Londres.

En 1907, le phare gardien de l’île Denis a été Joseph Lascagne (1873 - 1918) qui a reçu un salaire annuel de 720 Roupies (SCR).
Pour connaître l’état du phare, Davidson envoya à William Vaudin, surintendant des travaux publics, Henry Paré, un ingénieur et capitaine Daniel Sauvage, l’officier portuaire pour visiter l’île Denis et examiner la structure. Ils sont retournés à Mahé avec des recommandations urgentes. En avril 1908, l’entreprise M. Baty, Bergne & Co. proposa de fournir et d’élever un trépied d’acier de 72 pieds de hauteur pour porter la lanterne et l’escalier, au prix de 10.600 Roupies (SCR). Davidson a refusé leur offre. Quelques mois plus tard, après une longue consultation avec son conseil exécutif, le gouverneur fut récompensé de toutes les propositions possibles qui donneraient à l’île Denis un phare qui durerait plusieurs décennies. Pour un siècle ......
Pendant l’année 1909, les ouvriers travaillaient sous le soleil brûlant de l’île Denis. Les travaux d’excavation de la fondation étaient difficiles. Peu à peu, une structure majestueuse d’acier tubulaire commença à germer 30 pieds .... 70 pieds ... 85 pieds. Un petit magasin initialement acquis avec le terrain acheté pour l’extension du marché de Victoria avait été transporté à l’île Denis et érigé pour le stockage des matériaux pour la construction du phare. Les matériaux furent apportés par un vapeur de la ligne allemande d’Afrique de l’Est qui était arrivée le 22 mai 1908. Les ferrures provenaient de France, fournies par la firme Barbier, Bernard et Turenne au coût de Rs 32.490 Roupies (SCR) Ce fut en août 1910, que le phare a été complété avec l’aide de JH Brown, un ingénieur mécanique de Trinity House. Le projet devait coûter au moins 40 000 Roupies, mais au lieu de cela, la somme exacte consacrée à ce projet était de 59 983 Roupies. La lanterne avec une lumière clignotante d’intensité de 70 000 bougies venait de la firme anglaise Chance Brothers. C’était un dispositif tournant avec du kérosène vaporisé comme illuminant. La lumière clignotante était visible à 25 miles.
Quant au vieux phare du bois de capucin délabré, il a été démantelé et ré-érigé sur l’île de Mamelles, où il a été allumé pour les navires de passage pour la première fois le 15 décembre 1911.
Ainsi, au cours du siècle suivant, le phare de l’île Denis a envoyé sa lumière au-dessus de la mer, clignotant avec consolation sur les navires sur l’océan tout autour, comme la lanterne tournée sur son bac de mercure. Au fil des ans, son trépied en acier est peint régulièrement, et l’appareil d’éclairage méticuleusement inspecté. Les arbres de casuarina sur l’île sont régulièrement coupés de manière à ne pas affecter l’arc de visibilité.
Comme il l’a fait pour les cent dernières années, et pour beaucoup d’autres années encore à venir, il continuera à conseiller la prudence et d’alerte pour les navires et les vaisseaux naviguant dans les approches de l’île par bon et par mauvais temps.

 

Description technique


Tour squelettique pyramidale en acier avec lanterne et galerie, surmontée d’une deuxième tour squelettique. L’accès à la galerie se fait par un escalier externe qui zigzague sur les jambes de la tour. Le phare est peint avec des bandes horizontales rouges et blanches.

 

Caractéristiques

Pays Seychelles
Région Ile Denis
Localisation Nord de l’île
Latitude 03°47.81’ Sud
Longitude 55°40.02’ Est
Année de construction 1910 (1882 1ère tour)
Matériau de construction Acier
Hauteur 27 m (90 ft)
Élévation 37 m (120 ft)
Portée 18,4 km (10M)
Feux 1 éclat blanc toutes les 5s
Optique Fresnel
Visites Accès uniquement
Gardienné Non
Automatisé Oui
Type Phare insulaire
Accessibilité Difficile
Forme Tour squelettique pyramidale
Statut Actif
Codes ARLHS SEY-002 ; Admiralty D6860 ; NGA 32844.
Lien internet Denis Island

 

Localisation



Carte

 


Vidéos

Denis Island


 

Haut de page




Portfolio


[1Seychelles
Situation Géographique :
Seychelles (en seychellois Sesel) est une république, pays situé dans l’ouest de l’océan Indien, au nord-ouest de Madagascar. Elle forme un archipel de 115 îles et îlots d’une superficie totale de 454 km2 et dispersés sur plus de 400 000 km2 .
On compte 73 îles coralliennes et 42 granitiques. L’île de Mahé, où se trouve la capitale Victoria, est située à 1 590 km de la côte Est africaine, à 930 km au nord de Madagascar et à 2 800 km de la côte Ouest de l’Inde

Nom :
Donné en 1756 par Nicolas Morphey, capitaine de la Marine française, qui pris possession de l’île de Mahé et nomma les îles Seychelles en l’honneur du vicomte Jean Moreau de Séchelles, contrôleur-général des Finances durant le règne de Louis XV).

[2L’île de Denis est une île corallienne de l’archipel des Seychelles (superficie 140 ha), dans l’océan Indien, située à l’extrémité nord-est de l’archipel à environ 60 km de Mahé.