Navigation

Accueil > Europe > France > Départements Français > Manche (50) > Phare de Chausey

Phare de Chausey

mardi 5 septembre 2017, par patrick


Phare de Chausey - Manche (50) - France


































Description


Le phare de Chausey se situe à la pointe Sud-Est de l’île principale (Grande Ile) dans l’archipel de Chausey [1]
dans le département de la Manche (50) en Normandie à environ 13 milles à l’ouest de Granville. Le phare a été construit à l’emplacement exact d’une ancienne tour du XVIème siècle, démolie lors du creusement des fondations. C’est une tour carrée accolée sur la façade arrière à un bâtiment rectangulaire en pierre de taille de deux niveaux comportant les anciens logements des gardiens (type maison-phare).
Érigé au sud-est de la grande île, le phare se présente comme une tour carrée de 19 mètres de hauteur, alignée sur l’élévation arriéré d’une maison de trois travées et deux niveaux. Ce phare reprend la même forme qu’adopta dés 1839 Léonce Reynaud pour le phare de Carteret (Manche) dix ans plus tôt à part qu’il est surélevé d’un étage et possède 2 cheminées. Il était considéré comme le mieux adapté aux phares de petites dimensions situés sur des promontoires Le phare de Chausey, exécuté en granité gris prélevé sur place (pierres de taille pour les extérieurs, moellons pour les intérieurs), se distingue par le soin apporté à sa construction, comme en témoigne la plate-forme de la tour en encorbellement, et a son confort.
Les Îles Chausey sont un petit groupe d’îles au milieu de l’entrée de la Baie du Mont Saint-Michel, à environ 20 km (13 milles) à l’ouest de Granville et à une distance similaire au nord de Cancale Port-Mer.

Principales îles

  • Grande île : 45 hectares
  • La Genétaie : 1,82 ha
  • La Meule : 1,38 ha
  • La Houllée : 0,86 ha
  • L’île aux Oiseaux : 0,62 ha
  • Grand Epail : 0,29 ha

Le phare a été gravement endommagé pendant la Seconde Guerre mondiale et a nécessité une reconstruction approfondie après la guerre (1950). La lumière est automatisée mais est dotée d’un centre de contrôle pour la navigation dans la baie. Situé au point culminant de la Grande Île Chausey, accessible par ferry de Saint-Malo ou de Granville. Le site est accessible mais la tour est fermée au public.



Histoire


Les îles Chausey présentant un danger pour la navigation, la construction d un phare de 3éme ordre est mis à l’étude en 1842 a l’initiative du sous-secrétaire d État aux Travaux publics, Lefous. Le projet est établi en 1843Les îles Chausey présentant un danger pour la navigation, la construction d un phare de 3e ordre* est mise à l’étude en 1842 a l’initiative du sous-secrétaire d État aux Travaux publics, Lefous. Le projet est établi en 1843 par Louis Antoine Gaspard Pigault de Beaupré (1816-1879), ingénieur de l’arrondissement de Coutances, sous l’égide de Morice de La Rue. La construction confiée à l’entreprise caennaise Jobert et Deschamps est achevée en 1847. Il est procédé à l’allumage le 15 octobre. Le phare est électrifié en 1949.

Dates importantes :

Le secrétaire d’État Lefous décide en août 1842 la construction d’un phare complémentaire au plan de signalisation de 1825.
L’ingénieur d’arrondissement de Coutances Charles-Félix Morice de La Rue, avec Léonce Reynaud, directeur du service des phares, propose le 9 avril 1843 un bâtiment en granit gris-bleu de Chausey inspiré du phare de Carteret. Le cahier des charges est livré le 13 juin 1844 avec une estimation de 80 000 F.

L’adjudication du 27 septembre 1844 est accordée aux entrepreneurs caennais Jobert et Deschamps. La construction commence en 1846 sur un terrain acquis par l’État en 1845 sur la pointe sud-est de la Grande Île.
La première optique, feu blanc varié par des éclats rouges toutes les 4 minutes et suivi de courtes éclipses, est installée le 15 octobre 1847. Elle est alimentée par de l’huile végétale, puis de l’huile minérale vers 1875.
Le phare est livré le 27 mai 1848. La tour carrée à encorbellement supérieur avec consoles assemblées par des arcs supportant une balustrade à dés mesure 19 m, avec une focale à 17 mètres, et culmine à 37 mètres au dessus de la mer. Elle est accolée aux logements, situés dans un bâtiment rectangulaire en pierre de taille à un étage.
D’autres travaux suivent : une toiture en zinc remplace la toiture en tuiles en 1849, une buanderie et des celliers sont adjoints en 1885, de nouveaux brûleurs sont installés en 1917.
En 1903, la vapeur pétrole est préférée comme combustible.
L’optique est changée le 15 septembre 1903 pour un feu éclair de 3éme ordre GM à éclats réguliers toutes les 5 secondes de 0,50 m de focale à 4 panneaux au 1/4.
Michel Marzin nommé aussi à Armen en janvier 1916 quitte la chaussée de Sein pour Chausey en janvier 1923.
Partiellement détruit par une attaque allemande, le 9 mars 1945, il est électrifié en 1949 et rallumé en 1950.
Entre 1955 et 1957, une salle des machines pour générateurs EDF est construite en remplacement de la salle des machines avec un groupe EDF pour l’alimentation de l’île construit en 1949.
En 1959, le phare est équipé d’une nouvelle cuve à mercure Ebor 2400 BBT élevée et d’une optique verre taillé à 4 panneaux au 1/4 BBT de focale 0,30 m pour un feu à éclats réguliers de 5 secondes, d’une portée de 23 milles, alimenté par une lampe halo de 250 W.
Par arrêté du 11 mai 2009, le phare est inscrit au titre des monuments historiques avec les murets du jardin clos et le magasin à poudre, à l’exclusion du bâtiment de France-Télécom.


Description technique


Construction en 1847 (partiellement détruit par les allemands puis reconstruit et réactivé en 1950). Le phare est actif avec un plan focal à 39 mètres (128 pieds) ; Signal 1 éclat blanc toutes les 5
secondes. C’est une tour montée sur une maison de gardien de pierre de 2 étages.

C’est une tour de pierre carrée de 19 mètres (62 pieds) avec lanterne et galerie, alignée à la façade arrière d’un bâtiment rectangulaire en pierre de taille de deux niveaux comportant des logements.

  • Son élévation par rapport au niveau de la mer est de 39 mètres.
  • Sa portée est de 23 miles (42,5km)
  • C’est un feu à éclat blanc d’une périodicité de 5 secondes.
  • En cas de brume, un signal de brume est émis par un son de corne toutes les 30 secondes dirigé vers le Sud-Est ;
  • En 2008, le phare fait l’objet d’une inscription aux monuments historiques.

L’édifice comprend un vestibule à chaque niveau, avec le mobilier, deux cuisines et six chambres. Ces dernières sont équipées d’une alcôve, d’un cabinet et de deux fenêtres différemment orientées. Les deux chambres réservées aux ingénieurs ou aux invités sont dotées d’une cheminée. Le phare est entoure d’un jardin clos de murs où s’élèvent le magasin à poudre et un bâtiment abritant buanderie et cellier, ajoutés en 1885.


Infos


Nom et localisation Position Caractéristiques Hauteur focale Portée Structure Remarques
8020
A 1654
Iles Chausey 48° 52.11´ N
01° 49.20´ O
1 Flash blanc période 5s 128 ft
39 m
23M Tour carrée grise en pierre (62 ft) Sirène 1 coup toutes les 30s

Caractéristiques

Pays France
Département Manche (50)
Localisation Grande Ile (Chausey)
Latitude 48° 52’11" Nord
Longitude 01° 49’20" Ouest
Année de construction 1846-1847
Matériau de construction Pierre de taille
Hauteur 19 m (62ft)
Élévation 39 m (128ft)
Portée 23M
Feux 1éclat blanc toutes les 5s
Optique Fresnel - 3ème ordre
Visites Accès uniquement
Gardienné Non
Automatisé Oui
Type Phare insulaire
Accessibilité Assez facile
Forme Tour carrée
Opérateur Phares et Balises
Statut Actif
Codes ARLHS FRA-005 ; FR-0515 ; Admiralty A1654 ; NGA 8020
Statut patrimonial Inscrit MH 2009

 

Localisation



Carte

 


Vidéos

Drone 1

Drone 2


 

Haut de page


Portfolio


[1Les îles Chausey constituent un archipel normand situé au nord de la baie du Mont-Saint-Michel, et dont l’île principale se localise à 17 km au large de la ville de Granville (département de la Manche et région Normandie), à laquelle les îles sont rattachées sur le plan administratif.
L’archipel s’inscrit dans un rectangle d’environ 6,5 km de largeur et 12 km de longueur et comporte 52 îles. La Grande-Île comporte des habitations occupées par une petite population permanente de 30 personnes.
L’archipel est caractérisé par une zone de marnage très importante, pouvant atteindre 14 mètres. La qualité du granite des îles occupait jusqu’à 500 carriers au XIXe siècle. Aujourd’hui, l’archipel est devenu une zone de villégiature et un lieu d’excursion prisé.)

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?