Navigation

Accueil > Afrique > Maroc > Phare de Cap Spartel

Phare de Cap Spartel

mercredi 1er juin 2016, par patrick

Phare de Cap Spartel - Tanger - Maroc


Description
Le phare de Cap Spartel se situe au cap du même nom appelé également Ras Spartel, il se trouve à environ 14 kilomètres à l’ouest de Tanger sur la même route qui mène aux grottes d’Hercule. Ce lieu mythique abrite un phare datant d’octobre 1864, ce qui donne un plus à cet endroit qui ne manque déjà pas de charme. C’est à cet endroit précis que la Méditerranée et l’Atlantique se croisent, vous ne trouverez nulle part ailleurs un site pareil. Ce lieu est tout simplement unique au monde. Dès l’entrée du Cap, vous verrez de nombreuses voitures stationnées, des groupes de jeunes et plusieurs familles installées sur la rive. Une ambiance festive y règne été comme hiver. Le phare de Cap Spartel est toujours en activité, mais est fermé au public, sans aucun doute pour le conserver, on ne peut le contempler que de loin, et son inaccessibilité lui confère une sorte de mystère. C’est l’un des plus grands phares d’Afrique (et du monde), qui marque l’entrée sud du détroit de Gibraltar de l’Atlantique, et donc le coin nord-ouest de l’Afrique. En droit international, la longitude du phare du cap Spartel (5 ° 55’O) est reconnue comme la limite ouest de la mer Méditerranée. Le phare a été construit par le sultan Mohammed III et maintenu pendant la période coloniale par un consortium de puissances occidentales. Maintenant, l’une des attractions touristiques les plus connues du Maroc. Le phare de Cap Spartel à été mis en service le 15 octobre1864, et modernisé en 1931 ; en 2014 le Maroc a fêté ses 150 .ans


Histoire

La construction d’un phare sur la rive africaine du détroit de Gibraltar est décidée après le naufrage en 1860 de la frégate-école Doña Isabel au large de Tanger qui entraîne dans la mort 250 jeunes cadets de la Marine brésilienne. « Au nom des nations chrétiennes » et aux frais du sultan, La France est chargée de construire un feu à l’entrée du détroit de Gibraltar. Allumé en 1864, le phare du cap Spartel, près de Tanger, est une fantaisie orientalisante de Léonce Reynaud, construite par le conducteur des Ponts et Chaussées Léon Jacquet. « Ici, tout va manquer » : dès son premier courrier, Jacquet se plaint à Reynaud du manque de matériaux, de main-d’œuvre qualifiée, et réclame des ouvriers français. Il est aidé par deux anciens ouvriers du chantier des Barges, un appareilleur, Charlot, et un tailleur de pierre, Merian, bientôt rejoints par deux autres artisans. Mais Reynaud tente de le convaincre de porter un regard plus constructif sur les ressources matérielles et humaines du pays, dont il doit tirer le meilleur parti. En juillet 1861, Jacquet envoie à Reynaud le dessin du phare auquel il tenta « de donner un certain caractère mauresque » : un quadrilatère avec une tour en façade sur l’un des côtés. Toutes les pièces – chambres des trois gardiens, cuisine, buanderie et fournil – ouvrent sur une cour intérieure, « bordée d’un portique à arcatures mauresques, avec bassin au centre ». Reynaud propose de nombreuses modifications, appuyées de croquis, et suggéra d’adopter plus largement la brique. Jacquet achève péniblement les travaux du cap Spartel et rentre, épuisé et affaibli, en France.

Faisant face à l’océan Atlantique au cap Trafalgar espagnol à l’entrée occidentale du détroit de Gibraltar, le projet de phare du cap Spartel commença à être conçu par des ingénieurs des Ponts à Paris en 1852. A cette époque le canal de Suez était en chantier. Il sera ouvert au trafic maritime en 1867.
Dès 1861, le Maroc et l’Espagne s’étaient accordés pour organiser la sécurité maritime à l’ouest du détroit de Gibraltar, la construction du phare en étant un élément. A cette époque, outre le fait que Madrid contrôlait la rive nord, elle disposait de l’enclave de Sebta sur la rive sud du détroit.
Anglais, Américains et Français étaient intéressés par le projet vu le développement du commerce entre les colonies et l’Europe, l’ouverture programmée du canal de Suez et la présence militaire britannique à Gibraltar.
La décision de construire le phare sera finalement prise par le Sultan Mohammed Ben Abderrahman. Il en confiera les travaux à l’architecte Reynaud Léonce.


 Description technique

La tour est peinte de couleur chamois, la galerie est rougeâtre, et la lanterne est grise métal non peinte ; La maison du gardien est peinte en blanc


Caractéristiques

Pays Maroc
Localisation Tanger - Cap Spartel
Coordonnées 35° 47’ 36" N - 5° 55’ 18" O
Année de construction 1861-1864
Matériau de construction Brique
Constructeur Jacquet, Léon
Hauteur 24 m
Elévation 95 m
Portée 55,5 km ( 30mn)
Feux 4 éclats blancs toutes les 20 s
Automatisé Oui
Visites Non
Optique Optique simple focale 0,92m
Type de feu Feu à éclats
Status Actif
Type Phare à terre
Accessibilité Facile
Aide sonore Corne de brume - 4 coups toutes les 90s
Code ARLHS MOR-003 ; Admiralty D2510 ; NGA 22896


Localisation


Photos


Vidéos

Phare de Cap Spartel (site)

Phare de Cap Spartel (documentaire)

 

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?