Navigation

Accueil > Europe > Angleterre > Phare de Bishop Rock

Phare de Bishop Rock

mercredi 2 août 2017, par patrick


Phare de Bishop Rock - Angleterre














Description




Bishop Rock (Men an Eskob en cornique) est un phare conique balayé par les vagues à l’extrémité la plus occidentale des Iles Scilly en Cornouailles (Cornwall), en Angleterre. La roche elle-même est répertoriée dans le "Guinness Book of Records" comme la plus petite île du monde avec un unique bâtiment. Les roches notoires autour des îles Scilly s’élèvent à une profondeur de 150 pieds (45 m) et sont battues par la force de l’Atlantique, ce qui en fait une région extrêmement dangereuse pour l’expédition et un endroit exceptionnellement dangereux pour construire une tour.
Situé sur des rochers en mer à une certaine distance des îles Sorlingues (Scilly), dans l’Atlantique, Bishop Rock est le premier phare anglais que voient les bateaux venant de l’ouest.
D’innombrables bâtiments ont sombré tout au long des siècles sur ces rochers, dont la frégate HMS Romney à 50 canons de la marine britannique, qui en octobre 1707 disparut avec ses 400 hommes. Vers le milieu du XIXe siècle, le nombre de naufrages avait atteint des proportions alarmantes et l’administration prit la décision de construire un phare à Bishop Rock.
La région a été engloutie par des épaves au cours des siècles, y compris la destruction de l’escadron entier de Sir Cloudesley Shovel en 1707 avec la perte de plus de 2 000 vies. La construction du phare d’origine, en fonte, a commencé en 1847, mais elle a été détruite par les orages avant l’achèvement. Une tour de granit fut enfin éclairée le 1er septembre 1858. En 1881, sir James Douglass rénova la tour et rehaussa le plan focal de la lumière de 40 pieds (12 m).
Le phare a été entièrement automatisé en 1991.

Note : Les îles de Scilly (syllan en cornique) sont situées à 45 km au sud-ouest de Land’s End et sont accessibles en ferry de Penzance. Il y a cinq îles habitées et environ 135 îlots et roches dans le groupe. La population permanente est un peu plus de 2000 habitants. Les insulaires ont leur propre conseil de comté, séparé du conseil de Cornwall.


Histoire


Les roches autour des Iles Scilly ont causé de nombreux naufrages de navires au cours des années, y compris la perte de l’escadron de Sir Cloudesley Shovel de la flotte britannique en 1707, dans lequel 2 000 hommes sont morts. The Elder Brethren of Trinity House a décidé que l’éclairage des îles Scilly (qui à cette époque ne constituait que l’ancien phare de Sainte-Agnès) était inadéquat et résolut de construire un phare sur le danger le plus occidental, Bishop Rock.

James Walker, ingénieur-conseil à Trinity House, était contre la construction d’une tour de granit solide, argumentant que le rebord des roches était trop petit et que les éléments étaient trop puissants, étant exposés à la force de l’océan Atlantique. Les roches se dressent sur une profondeur de 45m et sont exposées à la pleine force de l’océan Atlantique, ce qui en fait l’un des sites les plus dangereux et difficiles pour la construction d’un phare. Walker a démontré que les pressions du vent dépassaient parfois 7 000 lb par pied carré (4800 kgf/m2), et jusqu’à 30 forts coups de vent par an n’étaient pas inhabituelles dans la région.

Ainsi, en 1847, il a été décidé d’ériger un phare au prix de 12,000£. La première tâche consistait à couler des pieds en fonte dans le granit solide, serrer et rester avec des tiges en fer forgé. Le designer a soutenu que les vagues pourraient déferler librement parmi les piles au lieu d’être obstruées par la masse solide de la tour de maçonnerie. Lorsque le travail a été suspendu à la fin de 1849, le bâtiment était complet, sauf l’installation de l’appareil d’éclairage. Avant que cela puisse être complété la saison suivante, une forte tempête a balayée toute la structure dans la soirée du 5 février 1850.

Non découragé par l’échec du premier phare, Walker est de nouveau tourné vers l’idée d’une tour de granit basée sur la tour Eddystone de Smeaton. Après avoir examiné le site, il a finalement choisi une petite mais solide masse donnant une base de dix mètres de diamètre. Les vagues de surface balayaient constamment le site, et en effet, les blocs les plus bas devaient être posés 30 cm sous les marées les plus basses. Un barrage lourd a été érigé autour du site et l’eau à l’intérieur a été pompée, afin que les maçons puissent travailler sur une roche sèche. Chaque bloc de granit, pesant de une à deux tonnes, a été placé dans sa position présélectionnée, et chaque parcours a été mis en forme et embouti en position sur les côtés, le haut et le bas, formant ainsi une masse immobile. Les ouvriers étaient logés dans un petit îlot inhabité voisin, où des quartiers et des ateliers étaient érigés. Les hommes étaient transportés vers et depuis le site si la météo le permettait. Les périodes de travail étaient brèves, et après sept ans de travail, la tour a été achevée. Tout le granit a été expédié du continent vers le dépôt de l’île où il a été façonné et numéroté avant d’être envoyé à la roche. Au total, la tour de 35 mètres de hauteur contenait 2 500 tonnes de granit habillé et coûtait 34 560 £. La lumière a d’abord été exposée le 1er septembre 1858. Au cours d’une tempête particulièrement puissante, des vagues déferlaient sur le côté du phare et déchiraient 550lb de la corne de brouillard de ses attaches sur la galerie.


En 1881, sir James Douglass effectue une inspection détaillée de la tour et signale des dégâts considérables et une faiblesse dans la structure. Il a été décidé de renforcer la tour et en même temps d’augmenter l’élévation de la lumière de 12 m. Les plans, bien que de nature assez complexe, impliquaient essentiellement la construction d’un nouveau phare autour de l’ancien, l’enveloppant complètement. La véritable faiblesse était les fondations et ce Douglass a proposé de le renforcer et de l’accroître avec des blocs massifs de granit enfoncés dans la roche et maintenus par de lourds boulons. C’était une énorme base cylindrique, fournissant au phare un excellent tampon sur lequel la force des vagues pouvait être dépasser avant de frapper la tour elle-même. Le boîtier de maçonnerie, d’une épaisseur moyenne d’un mètre, a été porté jusqu’à la nouvelle maçonnerie requise pour la hauteur accrue de la lumière. Le poids du granit supplémentaire était de 3 200 tonnes, ce qui a donné un poids total de 5,700 tonnes. Le travail a été achevé en octobre 1887 avec un coût de 66,000 £.

Le phare de Bishop Rock a été automatisé en 1991, les derniers gardiens quittant le phare le 21 décembre 1992. Le signal de brouillard a été interrompu le 13 juin 2007.

Le phare est maintenant surveillé et contrôlé par le centre de planification de Trinity House à Harwich, Essex.

Résumé :
Les travaux commencèrent l’été 1848 par le percement de la roche. On attendit ensuite deux ans avant de construire une tour de fer sur laquelle on devait installer le feu. Mais ces travaux et leur coût de 12500 livres furent anéantis par la tempête du 5 février 1850, qui détruisit également de nombreuses habitations des îles Sorlingues.
En raison de la nécessité impérieuse d’un phare à cet endroit, les travaux reprirent pour bâtir cette fois un phare de pierre.
Ce projet risqué fut maintenu pendant sept ans ; finalement, c’est une tour de 33,5 m de hauteur qui s’illumina le 1er septembre 1858. Une fois achevée, le prince Albert déclara dans un discours que Bishop Rock était un triomphe de la technique et de la ténacité. Le coût de l’édifice s’éleva à 36 599 livres.
Pendant une tempête, le 20 avril 1874, des lames de 35 m déferlèrent sur le phare, au point que ses gardiens crurent périr ; c’est pourquoi il fut consolidé l’été suivant, mais pendant l’hiver 1881, une tempête arracha de gros blocs de granit. Comme on doutait déjà de sa fiabilité, on conçu le plan d’un nouveau phare. Son architecte était celui qui construisit le phare contemporain d’Eddystone. Les travaux commencèrent à Bishop rock en 1883 et ce nouveau phare s’éclaira pour la première fois le 25 octobre 1887. Ce phare, qui couta 64889 livres est encore debout.


Description technique


Construction 1858 (essentiellement reconstruit en 1887) (James Walker (1858) et James Douglass (1887)). Ce phare est actif avec un plan focal à 44 mètres (144 pieds) ; Signal : Deux flashs blancs toutes les 15 secondes. Tour de granit ronde de 51 mètres (167 pieds), comprenant des quartiers de gardien, une lanterne et un héliport construit au-dessus de la lanterne. La tour est une pierre grise non peinte ; La lanterne et l’héliport sont peints en blanc. Une lentille de Fresnel hyper-radiante est utilisée, ce qui lui donne une portée de 20 milles marins (37 km ou 23 mi). Corne de brouillard (un long et un petit souffle tous les 90 s).


Infos


Nom et localisation Position Caractéristiques Hauteur focale Portée Structure Remarques
0004
A0002
Bishop Rock 49° 52.4´ N
6° 26.7´ O
2 Flash blancs période 15s 144 ft
44 m
20M Tour ronde en granit 161 ft Plateforme hélico Visible 233°-236° et 259°-204°

Caractéristiques

Pays Angleterre
Région Cornouailles
Localisation Iles Scilly
Latitude 49° 52.4´ Nord
Longitude 6° 26.7´ Ouest
Année de construction 1858-1887 (actuel)
Matériau de construction Granit
Constructeur James Walker (1858) - James Douglass (1887) ;
Hauteur 49 m ( 161 ft)
Élévation 44 m ( 144 ft)
Portée 37 km - 20M
Feux 2 éclats blancs toutes les 15s
Optique Hyper-radial (1330 mm) tournant
Visites Non
Gardienné Non
Automatisé 1992
Type Phare en mer
Accessibilité Très difficile (par hélico)
Forme Tour conique
Opérateur Trinity House
Statut Actif
Codes ARLHS ENG-010 ; Admiralty A0002 ; NGA 0004.
Lien internet Bishop Rock

 

Localisation



Carte

 


Vidéos

Vue d"hélico et Intérieur

Extérieur


Documents à télécharger

PDF - 163.8 ko
Info Bishop Rock



Haut de page




Portfolio