Navigation

Accueil > Océanie > Nouvelle-Zélande > Phare de Bean Rock

Phare de Bean Rock

samedi 24 juin 2017, par patrick


Phare de Bean Rock - Auckland -Nouvelle-Zélande






























Description


Le phare de Bean Rock se situe sur un récif au large de la pointe de North head dans le golfe de Hauraki. C’est l’un des phares les plus connus d’Auckland. Il peut être observé par les voyageurs des ferries qui vont vers les iles de Rangitoto Island ou Waiheke Island.
Construit en 1871 sur un récif visible à marée basse, balayé par la mer à marée haute, le phare couronne une structure de bois ouverte, de forme hexagonale sur laquelle repose un cottage d’habitation en bois entouré d’une véranda et coiffé d’un toit de tôle.
Il a été enregistré au patrimoine de la Nouvelle-Zélande en 1989 en tant que "monument historique de première catégorie" (Historic Place Category ), outre son rôle à une époque où l’essentiel des communications se faisaient par la voie maritime, ce phare a surtout la prérogative d’être le plus vieux et le dernier représentant de son type en Nouvelle-Zélande, sans doute aussi au monde.
La roche sur laquelle se trouve le phare est connue en Māori sous le nom de Te Toka o Kapetaua ou rocher de Kapetawa (Kapetaua’s Rock) en mémoire de l’ancêtre Ngāti Pāoa, Kapetaua, qui fut abandonné par son beau-frère sur ce récif. Le nom Bean Rock honore un capitaine de marine, P.C.D. Bean, qui a aidé au tracé du port en 1840.
Caché à marée haute, l’écueil représentait un danger important pour la navigation qu’on signala d’abord par un piquet rouge et une bouée noire jusqu’à ce que ces marqueurs se révèlent insuffisants face au trafic croissant dans le port et que les autorités locales commanditent la construction du phare à la fin des années 1860.
Le phare est accessible uniquement par bateau et il ne se visite pas, il est géré par le port d’Auckland)


Histoire



Les plans d’origine furent dessinés par James Balfour, ingénieur en chef du département de la marine également administrateur des phares. Influencé par des modèles utilisés au Canada, il préconisa l’utilisation du bois considérant que la nécessité de bâtir et d’éclairer rapidement la côte prenait précédence sur la solidité et la durabilité. Il n’en vit toutefois pas la réalisation puisqu’il se noya en 1869 et que la construction confiée à un entrepreneur local, William Cameron, débuta fin 1870 pour se terminer huit mois plus tard.



Mis en opération le 24 juillet 1871, le phare fonctionna d’abord au kérosène, sous le contrôle permanent d’un gardien qui vivait seul dans le cottage relativement exigu, aménagé de trois pièces avec chambre et cuisine, sans salle de bain mais avec toilettes, évacuées directement à la mer. Hugh Brown, le premier gardien, resta en poste 19 ans jusqu’à sa retraite imposée en 1890 pour raisons de santé et James Anderson qui l’opéra entre 1909 et 1911 fut sans doute l’un des derniers (Pour se faire une idée des conditions de vie dans le phare, on peut se référer au témoignage de son fils repris dans un article du Lighthouse Digest).



Le phare fut ensuite converti à un autre carburant ce qui permis d’en faire le tout premier phare automatisé de Nouvelle-Zélande en sonnant le glas d’une profession aux journées solitaires sur le rocher. Plusieurs fois encore converti au cours de son histoire, le phare fonctionne à l’énergie solaire depuis sa restauration de 1985.


Passant en effet sous le contrôle successif de plusieurs administrations, gouvernement provincial, département de la marine pour être finalement placé sous l’autorité du Port d’Auckland, le phare a nécessité à plusieurs reprises de gros travaux. En très mauvais état au début des années 1970, il fut question de le remplacer par une construction moderne en béton mais devant l’opposition rencontrée, le projet fut abandonné et remplacé par une énorme et délicate restauration entreprise en 1985 sous l’égide du Auckland Harbour Board et du Historic Places Trust : le cottage fut récupéré par une grue et restauré à terre pendant 5 mois pendant que les piliers étaient remplacés par de nouveaux poteaux en bois résistant venus d’Australie, placés sur de nouvelles bases en béton sur le rocher (cf.article du Maritime Museum).




Description technique


Ce phare est actif avec un plan focal à 15 mètres (50 pieds) avec un signal de trois éclats blancs toutes les 8 secondes. La tour squelettique en fonte hexagonale de 15 mètres soutient les quartiers hexagonaux en bois et une lanterne centrée sur le toit. La structure entière est peinte en blanc. Il est équipé d’une sirène de brouillard (une explosion toutes les 30 secondes).
Ce phare unique a été un point de repère pour le port d’Auckland depuis sa construction. En 1985, le chalet a été hissé et envoyé à terre par hélicoptère et restauré alors que les jambes pourries de la structure ont été remplacées par de nouveaux bois durs sur des pieux en béton. Il est situé sur Te Toka a Kapetawa (le rocher de Kapetawa) au large de North Head à l’entrée du port intérieur d’Auckland.


Infos


Nom et localisation Position Caractéristiques Hauteur focale Portée Structure Remarques
4064
K 3748
Bean Rocks 36° 50.0´ S
174° 49.9´ E
3 éclats blancs et rouges période 8s 50 ft
15 m
W=14M R=11M Structure de la tour en métal blanc Aide sonore


Feu rouge = 11M
Secteur limite 1 : 260° - 164° - 86° - 50°
Secteur limite 2 : 284° - 244° - 156° - 70°


Feu blanc = 14M
Secteur limite 1 : 244° - 156° - 70°
Secteur limite 2 : 260° - 164° - 86°


Caractéristiques

Pays Nouvelle-Zélande
Région North Island - Auckland
Localisation The Rock of Kapetawa
Latitude 36° 50.0´ Sud
Longitude 174° 49.9´ Est
Année de construction 1871
Matériau de construction Bois - Métal
Constructeur James Stewart (ingénieur)
Hauteur 15 m (50 ft)
Élévation 15 m (50 ft)
Portée Blanc =14M - Rouge =11M
Feux 3 éclats blancs et rouges toutes les 8s
Visites Non
Gardienné Non
Automatisé 1912
Type Phare en mer
Accessibilité Moyen
Forme Tour hexagonale
Opérateur Ports of Auckland
Statut Actif
Codes ARLHS NZL-003 ; Amirauté K3748 ; NGA 4064
Lien internet http://www.poal.co.nz/
http://www.aucklandmuseum.com/whats-on/exhibitions/2011-exhibitions/you-are-here-mapping-auckland/bean-rock-lighthouse

 

Localisation



Carte

 


Vidéos

Phare de Bean Rock


 

Haut de page




Portfolio